Après le retrait de la marée, avez-vous déjà remarqué les algues marines cramponnées aux rochers?

L’une d’elles, le Fucus, ressemble à une lanière ramifiée de couleur verdâtre. Comme toutes les plantes, elle a besoin d’eau et de lumière. Cette algue vit dans la zone de balancement des vagues et elle doit se fixer solidement aux falaises au moyen de robustes crampons. Sinon, elle risque à tout moment de joncher le rivage.

Comme ces plantes, vous sentez-vous ballotté au gré des circonstances ? Avez-vous l’impression d’être emporté par les flots du quotidien, entraîné par un courant d’activités qui vous fait perdre pied? Ou encore allez-vous simplement à la dérive?

Jésus raconte une histoire intéressante à ce sujet : deux ouvriers ont construit leur maison, l’un sur le sable et l’autre sur un rocher. Quand la pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé, seule, la demeure sur le roc a résisté. [1]

Jésus nous exhorte à bâtir notre existence sur Ses paroles. Il désire être la pierre angulaire de notre projet de vie. Nul n’est besoin de partir à la dérive. Avec le psalmiste, proclamons : «Ma chair et mon cœur peuvent défaillir ; Dieu sera toujours le rocher de mon cœur et ma part». [2]

Votre avenir repose-t-il sur cette fondation?


[1] Matthieu 7, 24-26

[2] Psaume 73, 26

Connaissez-vous la betterave à sucre ? Son petit cousin, le navet lui ressemble beaucoup. Si nous observons uniquement la partie supérieure de cette betterave, nous lui attribuerons une taille modeste. Toutefois, elle possède un système de racines impressionnant. Après une saison de croissance, ses racines peuvent s’enfoncer jusqu’à deux mètres dans le sol !

La betterave à sucre emmagasine des réserves alimentaires dans sa racine pivotante. Ses provisions lui permettent de résister aux terribles sécheresses et aux vents. Non seulement, elle peut combattre les intempéries mais elle nous prodigue son sucre.

À l’exemple de la betterave à sucre, nous avons aussi besoin de racines profondes et résistantes. Dans la Bible, l’apôtre Paul nous encourage à nous enraciner dans l’amour de Jésus. Comment cela est-il possible ?

Par la prière, nous entrons en contact avec Jésus et nous recevons comme une eau vive pour combattre la sécheresse spirituelle qui envahit notre cœur … En lisant la Parole de Dieu, nous alimentons notre âme et nous pouvons apprendre à devenir solides en développant un bon système de croyances.

La prière et la foi en Jésus nous enracinent en Lui et nous affermissent pour affronter les tempêtes de la vie.

Connaissez-vous le courage de l’abeille ? L’abeille ouvrière possède un dard à l’extrémité de son corps.

Si un ennemi agresse l’abeille ou la ruche, l’ouvrière injecte son poison dans le corps de son adversaire avec son aiguillon. Elle ne peut piquer qu’une seule fois, car son dard demeure dans le corps de sa victime. Avec un abdomen ainsi amputé, l’abeille est condamnée à mourir.

Elle offre littéralement sa vie pour défendre la ruche.

La Parole de Dieu nous enseigne qu’il n’existe pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis. Jésus a cédé volontairement sa vie pour ses amis et ses ennemis.

Il est mort pour nous, alors qu’il possédait le pouvoir d’arrêter le cours des événements ; Jésus n’était pas un martyr. « Il peut arriver que, pour un bienfaiteur ou pour une cause juste, un homme accepte de braver la mort. Mais Christ est mort pour nous alors que nous vivions encore en conflit avec lui. N’est-ce pas la meilleure preuve que Dieu nous aime ? » [1]

La bible affirme que nous pouvons recevoir cet amour gratuitement, car il l’a payé au prix de sa vie.

Avez-vous déjà accueilli Jésus comme votre Sauveur personnel ?


[1] Romains 5. 7-8