Lors de vos randonnées estivales, vous avez peut-être remarqué certains insectes qui patinent sur la surface de l’eau. On les surnomme communément les « patineuses ». Ces insectes au corps svelte possèdent des pattes élancées un peu comme des échasses. À leurs extrémités, ces membres sont pourvus de poils imperméables, semblables à des patins ou à des flotteurs.

Les patineuses se déplacent en imprimant des rides sur les cours d’eau. Leur seule présence suffit à modifier l’environnement en dessinant de petites fossettes sur l’eau.

Vous arrive-t-il de croire que votre existence ne change en rien votre milieu ? Vous sentez-vous dépassé par l’ampleur des problèmes de la planète ; les guerres ,les injustices sociales, la pauvreté grandissante, la corruption, la détérioration morale, etc. ?

Dieu a choisi les choses faibles du monde pour confondre les fortes, lisons-nous dans la Parole de Dieu. [1]

Que nous agissions avec générosité ou malveillance, un peu comme les patineuses nous faisons bouger ce monde. Nous traçons des sphères d’influence en bien ou en mal, même si elles sont à peine perceptibles. La personne que j’ai influencée en touchera une autre et celle-ci une autre à son tour, comme les cercles concentriques à la surface de l’eau.

Nos tâches apparemment insignifiantes peuvent avoir une portée éternelle, car Dieu utilise notre faiblesse et notre petitesse pour exécuter Ses desseins. Encourageons-nous mutuellement à choisir la volonté de Dieu. La grâce de Dieu est suffisante car Sa puissance agit à malgré nos limites.


[1] 1Corinthiens 1, 27

Le pissenlit fera bientôt son apparition sur nos pelouses. Même si ses feuilles s’apprêtent en délicieuse salade, cette plante ne jouit pas d’une réputation enviable. Elle envahit l’espace disponible et étouffe les plantes environnantes. Il existe plusieurs façons de l’éliminer ; mais si l’on se contente de couper seulement la tige et la fleur, cette plante repoussera sans aucun doute. Il faut s’attaquer à la racine.

Une variété de pissenlit creuse sa racine pivotante jusqu’à une profondeur de un à deux mètres. On le retrouve, entre autres, en Ukraine, au Kazakstan et en Asie du sud-ouest.

C’est le pissenlit « gommeux », avec le latex de ses racines, on fabrique du caoutchouc. Bon courage pour le déraciner !

L’élimination des mauvaises herbes ressemble un peu à l’extraction du mal qui paralyse nos vies. Songeons à nos paroles désagréables et à nos gestes insolents qui reflètent souvent une manifestation extérieure et visible d’un malaise plus profond.

Il existe une partie non visible qui soutient ces comportements, des pensées et des sentiments qui croupissent dans notre âme. Ce peut être la rancœur, la haine, la jalousie, etc.

Ne laissons pas le mal empoisonner notre existence. Déracinons-le à sa source, en le déclarant à Dieu et en y renonçant de tout notre cœur.